© franciscan cyberspot


 MENU
  * Index
  * Préface
  * Evangiles
  * Sondages
  * Le nom
  * Identification
  * Description
  * Périodes
  * Habitants
  * Synagogue s.4
  * Synagogue s.1
  * Ins. siècle
  * Maisons
  * Domus-ecclesia
  * L'église
  * Conclusion

 FOUILLES
 * 2000 - 2003

 ARTICLES
 * Maison de St Pierre
 
  * Image 1
  * Image 2
  * Image 3
  * Image 4

L'ÎLOT SACRÉ - LES MAISONS PRIVÉES

Les maisons privées de l'insula n. 1 (appelée par nous insula sacra, îlot sacré) suivent le même type que celles des autres quartiers du village: elles se caractérisent par de petites salles couvertes d'un toit, groupées autour de grandes cours.
Le plan de la maison traditionnelle de S. Pierre (salle n. 1) était presque carré. Le mur ouest, encore conservé sur plus d'un mètre de hauteur, mesure 8,35 m de longueur.

the houses

Le case a nord dell'Insula Sacra

La salle ne possédait qu'une seule porte, conservée en partie sur le côté nord, près de l'angle nord-ouest, et qui donnait sur une grande cour à ciel ouvert, en forme de L, de 84 mètres carrés environ. Comme cette cour, pourvue d'un escalier et de foyers aux pierres réfractaires caractéristiques, ne communiquait pas seulement avec la traditionnelle maison de S. Pierre, mais aussi avec d'autres salles couvertes d'un toit, on peut penser que plus d'une famille s'en partageait l'usage.

the houses

La Casa di Pietro (in base ai dati archeologici)

A l'est, une porte, dont le seuil est bien conservé, mettait la cour en communication avec la rue principale nord-sud, qui longeait la maison de S. Pierre. Notons qu'entre la rue et l'entrée de la cour s'étendait un espace ouvert.
Les fouilles ont dégagé d'autres maisons dans la partie sud du même îlot. Là aussi, les cours à ciel ouvert constituaient le point central de plusieurs salles couvertes d'un toit. Dans les temps anciens, les maisons sud de 1 ilot n. 1 se trouvaient très près du rivage du lac.

reconstruction

Ricostruzione delle case a nord dell'Insula Sacra

L'îlot sacré appartient au noyau primitif de la fin de l'époque hellénistique. La longue période d'occupation continue est attestée par une suite d'au moins trois pavements superposés en pierre. En fait, il existe même quatre pavements superposés dans une tranchée creusée à l'intérieur de la cour contre le mur ouest de la salle n. 1. Le pavement de pierre inférieur, qui a conservé des traces d'un foyer, a seulement livré des tessons hellénistiques. Le pavement du Ier siècle est le second à partir du fond.
Plusieurs tranchées expérimentales, creusées à l'intérieur de la salle n. 1, ont visé à une vérification historique de cette chambre spéciale. Ici aussi apparaissent plusieurs niveaux d'occupation superposés, à partir de la fin de l'époque hellénistique. Du Ile siècle avant le Christ jusqu'à la fin du Ier siècle de l'ère chrétienne, les couches d'occupation se composent de lignes horizontales droites de terre battue mélangée à de la vaisselle domestique, telle que pots, marmites, bols, lampes.

pottery

Vaso di terracotta trovato nella Casa di Pietro

Au-dessus de ces plus anciennes couches, la différence était frappante. Sur le côté nord-est de la salle, un espace de 12 mètres carrés environ apparaissait nettoyé et possédait un pavement d'au moins six couches superposées de chaux blanche. Ont aussi été dégagés des fragments d'enduit peints, qui décoraient primitivement les murs intérieurs de cette salle. Enfin, - et ce n'est pas le moins important, - le seul témoignage d'occupation consistait en un bon nombre de tout petits fragments de lampes hérodiennes, noyés dars; des pavements de chaux blanche. D'autres lampes hérodiennes étaient enfouies le long des murs intérieurs. Par leur type, ces lampes remontent à la seconde moitié du Ier siècle de l'ère chrétienne et certainement pas plus tard qu'au début du Ile siècle.

pottery

Lucerne provenienti dalla Casa di Pietro

Les pavements superposés de chaux révélaient une propreté méticuleuse, contrairement aux couches antérieures. De fait, le sol ne laissait pas voir d'occupation entre les fines couches de chaux et ne recelait pas de restes de vaisselle domestique.
Il faut souligner que c'est le seul exemple, connu à Capharnaüm, d'une salle aux pavements de chaux et aux murs blanchis à la chaux, bien que les fouilles aient déjà dégagé une grande partie de l'ancien village.
La conclusion apparaît simple: la maison traditionnelle de S. Pierre (salle n. 1) a servi de local à des assemblées communautaires dès le troisième quartier du Ier siècle de l'ère chrétienne. Nos lecteurs comprendront mieux le caractère religieux et chrétien de ces assemblées à la lumière des couches supérieures de la même salle.




© copyright 2001. Text written by Fr. Stanislao Loffreda ofm. Reproduction, retrieval or redistribution of this material is not permitted without prior permission of the author reachable at the Studium Biblicum Franciscanum (sbfnet@netvision.net)



  Capharnaum principal Autres Sanctuaries 


 

Please fill in our Guest book form - Thank you for supporting us!
Created/Updated October, 2005 by John Abela ofm, E.Bermejo, E.Alliata, Marina Mordin
Web site uses Javascript and CSS stylesheets - Space by courtesy of Christus Rex

© The Franciscans of the Holy Land and Malta

cyber logo footer