© franciscan cyberspot


 MENU
  * Index
  * Préface
  * Evangiles
  * Sondages
  * Le nom
  * Identification
  * Description
  * Périodes
  * Habitants
  * Synagogue s.4
  * Synagogue s.1
  * Ins. siècle
  * Maisons
  * Domus-ecclesia
  * L'église
  * Conclusion

 FOUILLES
 * 2000 - 2003

 ARTICLES
 * Maison de St Pierre
 
  * Image 1
  * Image 2
  * Image 3
  * Image 4

L'ÎLOT SACRÉ - LA DOMUS-ECCLESIA

Après une suite ininterrompue d'occupation, l'îlot sacré a subi d'importants changements vers la fin du IVe siècle. D'abord, l'îlot a été séparé du reste du village par un important mur de clôture de 112,25 m de longueur. L'espace ainsi clos, d'une forme plus ou moins carrée, communiquait avec l'extérieur par deux entrées, respectivement près des angles sud-ouest et nord-ouest du mur de clôture. Un autre mur de protection nord-sud partait de l'entrée sud-ouest.

domus-ecclesiae

La Casa di Pietro trasformata in "domus ecclesia"

La construction du mur de clôture a entraîné la démolition de quelques maisons. En même temps, la salle n. 1 est devenue le coeur de l'îlot sacré remanié et a connu de grands changements: pose d'un nouveau pavement polychrome à l'intérieur de la salle, qui mesurait 5,80 m sur 6,45 m; division de la salle au moyen d'un arc médian nord-sud; réfection du mur nord, contrairement aux autres murs laissés tels quels; construction d'un nouveau toit en mortier compact; aménagement d'un atrium, au pavement de chaux blanche, à l'est et construction d'une salle à l'angle nord-est; application d'un enduit sur les murs intérieurs et sur le nouvel arc médian de la salle.
Il est significatif que les piliers de l'arc médian aient reçu, en temps voulu, deux couches superposées d'enduit peint, alors que les vieux murs de la salle ont conservé trois couches successives. Cette constatation nous conduit à la conclusion que les murs intérieurs de la salle n. 1 ont reçu au moins un enduit avant le IVe siècle. Cette conclusion s'accorde avec l'étude paléographique des graffiti, dont le P. Testa attribue les plus anciens au début du IIIe siècle de l'ère chrétienne.

graffiti

Graffiti dalla "domus ecclesia"

Différentes couleurs ont servi à la décoration des murs enduits: rouge, rose, rouge brique, jaune, brun foncé, vert, bleu et blanc. La décoration géométrique consiste en panneaux rectangulaires, losanges, cercles, croix fleuries, etc., et la dêcoratioil florale, en branches, petits arbres, fleurs, figues et grenades. Etaient apparemment exclues les représentations humaines et animales.
Les fouilles ont exhumé aussi des monogrammes, des symboles, ainsi que des graffiti, écrits en grec (151 exemples), en paléo-estrangélo (syriaque oriental) (13), en araméen (9) et en latin (2): un précieux matériel étudié et publié par le P, F, Testa. Bien que l'état de conservation fragmentaire et précaire ne rende pas facile l'interprétation des inscriptions, il s'en dégage toutefois des conclusions importantes, qui n'autorisent aucun doute raisonnable.
Le caractère chrétien de la domus-ecclesia apparaît clairement prouvé: 1, par la présence, dans plusieurs graffiti, du nom et du monogramme de Jésus, - appelé le Seigneur, Christ, le Très-Haut, Dieu; 2. par des expressions liturgiques, telles que Amen, Kyrie eleison; 3/ par une assez longue inscription en paléo-estrangélo, qui semble se référer à l'eucharistie. La pluralité des langues laisse fortement supposer que la domus-ecclesia n'était pas uniquement visitée par de simples fidèles locaux, mais aussi par des pèlerins. La paléographie permet de dater les graffiti du début du IIIe siècle jusqu'au début du Ve siècle. Cette conclusion, associée aux pavements de chaux de la fin du Ier siècle, décrits ci-dessus, nous amène à penser que la transformation de la salle n. 1 en domus-ecclesia a été l'oeuvre des premières générations chrétiennes de Capharnaüm.
Si le culte était naturellement centré sur la personne de Jésus, il n'est pas toutefois surprenant de trouver des graffiti qui portent le nom de Pierre.
Du point de vue strictement archéologique, la domus-ecclesia agrandie du IVe siècle représente une découverte unique: c'était une triple construction avec l'atrium à l'est, le point central à l'ouest et un mur de clôture, qui séparait le tout du reste du village. Ces éléments fondamentaux rappellent fortement le plan général du Temple de Jérusalem. De telles ressemblances ne peuvent être interprétées comme un cas accidentel, spécialement lorsque nous pensons que des chrétiens d'origine juive vivaient à Capharnaüm pendant les quatre premiers siècles.

hooks

Uncini di bronzo rinvenuti sul pavimento della "domus ecclesia"

La pèlerine Égérie décrit la domus-ecclesia du IVe siècle en ces termes: "In Capharnaum autem ex domo apostolorum principis ecclesia facta est, cuius parietes usque hodie ita stant, sicut fuerunt", soit: "A Capharnaüm, la maison du prince des Apôtres [= S. Pierre] est devenue une église. Les murs [de cette maison] sont restés jusqu'aujourd'hui tels qu'ils étaient." Ce passage d'Egérie, heureusement conservé et repris par Pierre Diacre (l 137), est d'une importance exceptionnelle. D'abord, Egérie ne parle pas d'une église ordinaire, mais d'une maison changée en église. La pèlerine souligne ce point, en précisant que les murs de la vieille maison étaient toujours debout comme autrefois. Ensuite, ce changement d'une maison privée en un endroit destiné aux assemblées religieuses s'est effectué dans le passé (facta est = est devenue). Enfin, la maison convertie en église n'était pas moins que celle du prince des Apôtres, c'est-à-dire de Simon Pierre. Mise à la lumière de nos découvertes archéologiques, l'étonnante précision de la description d'Égérie ne peut échapper à personne.




© copyright 2001. Text written by Fr. Stanislao Loffreda ofm. Reproduction, retrieval or redistribution of this material is not permitted without prior permission of the author reachable at the Studium Biblicum Franciscanum (sbfnet@netvision.net)



  Capharnaum principal Autres Sanctuaries 


 

Please fill in our Guest book form - Thank you for supporting us!
Created/Updated October, 2005 by John Abela ofm, E.Bermejo, E.Alliata, Marina Mordin
Web site uses Javascript and CSS stylesheets - Space by courtesy of Christus Rex

© The Franciscans of the Holy Land and Malta

cyber logo footer