© franciscan cyberspot


 MENU
  * Main
  * Description
  * Before Christ
  * Justinian
  * Till Crusades
  * Post Crusades
  * Franciscans
  * Christmas
  * It's Christmas
  * Shrines
  * Pictures
 SYNTHESIS
  * Italiano
  * Francais
  * Portugues
  * Español
  * Deutsch

 CHRISTMAS
 CELEBRATIONS

  * Catholic 1
  * Catholic 2
  * Orthodox
  * Christians
 MESSAGES
  * Pope
  * Patriarchs
  * Custos
  ARTICLES
  * Peace
  * Greccio
  * S. Francesco
  * Fathers
  * Homilies
  * Herodion
  * Silenzio
  * Pictures 1
  * Pictures 2
  * Pictures 3
  * Pictures 4

Bethléem - Réflexions

Frédéric Manns, ofm

"Maison du pain" : telle serait selon Jérôme l'étymologie populaire du terme Bethléem. Dans un village ignoré, loin des agitations impériales de la forteresse romaine située non loin de là et connue sous le nom de l'Hérodion, paraît un enfant qui dans la fragilité de sa venue met un terme à l'attente inquiète d'Israël. Sur la tige de Jessé une fleur vient d'éclore.

Jésus n'est pas l'homme divin que la mythologie grecque célébrait dans sa quête de sagesse. Il n'est pas non plus le symbole de l'humanité exaltée au point de devenir Dieu. Il est Dieu qui se fait homme. Le scandale chrétien est l'humanisation de Dieu, sa kénose, son humilité.

Le message d'un Dieu qui s'humilie est déjà contenu dans les évangiles de l'enfance. Tandis que l'Evangile de Marc s'ouvre sur la proclamation du Règne de Dieu, Matthieu et Luc ont senti le besoin d'insister sur le mystère de l'Incarnation de Dieu. Le Dieu qui se fait homme vient accomplir les Ecritures d'Israël: "Si tu pouvais déchirer les cieux et descendre". Un Dieu qui partage la condition de l'homme, qui souffre avec son peuple, qui intervient pour le libérer, voilà une nouveauté surprenante, mais déjà annoncée par les Ecritures.

La Bible avait célébré l'efficacité de la Parole qui fut l'instrument de la création du monde. "Par sa Parole les cieux ont été faits". Cette parole n'était autre que la Sagesse de Dieu. Ben Sira est arrivé à cette conclusion après de longues méditations. Le Nouveau Testament qui accomplit l'Ancien Testament en le dépassant, affirme dans le Prologue de l'Evangile de Jean: "Le Verbe s'est fait chair et il a demeuré parmi nous". La Parole devient une personne en qui la gloire de Dieu se manifeste. Bethléem, la cité du roi David, accueille ce message révélé aux petits et non pas aux sages. La Sagesse a dressé sa tente au milieu des hommes. Dieu se révèle comme l'Emmanuel, un Dieu avec les hommes.

Les Pères de l'Eglise frappés par une telle nouveauté ont commenté bien des fois cet événement. Une bonne nouvelle de cette envergure ne peut être que chantée, car elle réjouit le coeur. Elle ouvre les portes à une espérance illimitée. Irénée de Lyon, héritier de la tradition johannique, célèbre la nouveauté absolue de l'incarnation. Dieu fait toutes choses nouvelles. La naissance du Verbe fait craquer l'écorce de vétusté du monde. Tout ce qui est vieux et usé recule devant la naissance de Jésus. Celui qui vient de Dieu apporte avec lui toute la nouveauté. "Cieux nouveaux, terre nouvelle", avait annoncé le prophète Isaïe. C'est dire que la naissance de l'enfant de Bethléem a une dimension cosmique. Toute la création attend la libération, puisqu'elle a été soumise au péché.

En s'incarnant la Parole de Dieu se fait ce que nous sommes pour que nous devenions ce qu'elle est. La terre est transformée en cieux au moment de l'incarnation par celui qui devient le "laboureur de Dieu", selon l'expression de Clément d'Alexandrie. Dieu s'est fait homme pour que l'homme devienne Dieu, répéteront les Pères de l'Eglise. Il s'est fait pauvre pour nous enrichir. Il s'est fait petit pour nous permettre de grandir.

L'incarnation du Fils de Dieu signifie la vocation de l'homme à être divinisé. Fils de Dieu, nous le sommes réellement, affirme Saint Jean dans sa première lettre. Reconnaître cette dignité, c'est renoncer à proclamer l'absurdité du monde. La condition humaine a été tellement ennoblie qu'une étincelle divine resplendit en chaque créature. L'Esprit de Dieu qui a couvert Marie de son ombre est encore capable de répéter le même miracle.

Les maîtres spirituels, en méditant le mystère du Verbe incarné, ont souvent parlé du Verbe abrégé. La parole longue de l'Ancien Testament qui a inspiré les prophètes s'abrège dans l'enfant qui naît à Bethléem. Et cette parole demande à naître dans le coeur des croyants. Saint François en conclura que le prédicateur doit faire une parole brève, puisque le Christ est la parole brève du Père, celle qui résume la Loi et les Prophètes. Le Christ, parole brève, résume son enseignement en un seul commandement: celui de l'amour. Il suffit que le prédicateur centre son homélie sur ce thème fondateur.

Noël évoque une triple naissance: la naissance du Fils unique engendré par le Père céleste dans l'essence divine, celle qui s'accomplit à Bethléem par une mère qui dans sa fécondité garde l'absolue pureté; et celle par laquelle Dieu naît chez ceux qui l'accueillent. C'est dire que la symphonie de Noël reste inachevée tant que le coeur des croyants reste fermé.

La Parole qui s'incarne demande de bannir tout ce qui est désincarné, rétréci et étriqué. Elle n'est plus simplement objet d'étude et d'approfondissements intellectuels. Etant devenue une personne, elle exige adoration, contemplation et respect. Plonger dans ce mystère c'est dilater son coeur et son regard pour éviter de se recroqueviller dans un repli frileux devant les possibilités étonnantes de notre monde.

Rappeler l'incarnation en tête des Evangiles c'est redire l'originalité de la pensée chrétienne. Le Fils de Dieu qui partage la condition de l'homme est l'Adam nouveau, celui qui réalise pleinement la vocation de l'homme. Il est la Sagesse de Dieu annoncée dans l'Ancien Testament qui établit sa demeure parmi les hommes. Il est l'Emmanuel qui souffre et se réjouit avec l'humanité et la ramène vers le Père. A partir de Noël tout s'achemine sous la poussée de l'amour vers la Face du Père. Le temps est déjà enveloppé par l'éternité, parce que l'éternité s'est engagée dans le temps. La nuit du monde se transforme progressivement en clarté.

Le Fils de Dieu lorsqu'il devient fils de la terre se laisse contenir en un point de l'espace et du temps. Bien plus il se laisse conditionner par une langue et une culture. En réalité, c'est lui qui contient l'univers. Il ne veut pas s'approprier à travers son corps le monde comme une proie, mais il le fait corps d'unité, chair cosmique et eucharistique. En lui le monde devient corporéité spirituelle, il est vivifié par l'Esprit.

Le judaïsme et l'Islam refusent l'incarnation du Fils de Dieu en raison de la transcendance de Dieu. Un Dieu ne peut se mêler à sa créature qu'au risque de perdre sa divinité, affirment-ils. Le christianisme proclame que Dieu aime les hommes au point de devenir homme. L'incarnation n'est pas une humiliation de la raison de l'homme, mais la reconnaissance de la vraie dignité de l'homme. Elle est la finalité de la création : tout a été créé pour lui, affirme saint Paul. Origène, dans son Commentaire de l'Evangile de Matthieu 14,7 rappelait que le corps du Christ n'est pas quelque chose à côté de l'Eglise qui est son corps. Dieu ne les a pas unis comme deux, mais en une seule chair, défendant que l'homme sépare l'Eglise et Dieu. D'une façon invisible le mystère de l'incarnation se prolonge dans l'Eglise.

La vie que Dieu a communiquée est une irradiation de son amour trinitaire. Le but de l'incarnation du Fils de Dieu a été de rendre possible la communion avec Dieu et entre les hommes. Un Dieu qui ne serait pas Trinité ne serait ni amour ni partage. Or ce partage commence à Noël et signifie le salut.

Faire étape à Bethléem, c'est pour Jean Paul II fêter la rencontre du Christ eucharistique qui est la maison du pain de vie. C'est aussi préparer l'humanité pour le retour du retour en gloire du Fils de Dieu.

Non loin de là au camp palestinien de Deheishe le pape en saluant les réfugiés qui depuis la guerre de 1948 connaissent une situation de précarité rend hommage à la dignité de tout homme. C'est une même logique qui le pousse à vénérer l'enfant de la crèche et le pauvre sans défense. Les réfugiés du monde entier connaissent une condition difficile qui fut celle de la sainte famille lorsqu'elle dut fuir en Egypte pour échapper à la colère d'Hérode. Il est urgent pour les chrétiens de déchiffrer les signes d'un autre monde qui commence à germer dans le nôtre.
  Bethlehem MainOther Santuaries  



 

Please fill in our Guest book form - Thank you for supporting us!
Created / Updated Wednesday, December 19, 2001 at 18:15:57 by John Abela ofm
Web site uses Javascript and CSS stylesheets - Space by courtesy of Christus Rex

logo

cyber logo footer