Via Dolorosa - POB 19424, 91193 - JERUSALEM Tel. +972 2-6282936, +972-2-6280271, +972-2-6264516
Fax: +972-2-6264519; E-mail: flagellation@studiumbiblicum.org


SBF


Info

Professors

Programmes

Archaeology

Museum

Publications

Dialogue

Escursions

Pilgrims

Essays

Students

News

Memos

Latest

VOUS PUISEREZ AVEC JOIE AUX SOURCES DU SALUT

Frédéric Manns

Dans le calendrier juif le mois de Tishri, qui correspond à notre mois de septembre/octobre, est le mois par excellence des fêtes. Le premier du mois la fête du nouvel an commémore la création de l'homme, le jugement final et la royauté de Dieu. Evoquer dans un même regard le début et la fin de l'humanité, c'est méditer sur le sens de l'aventure humaine. La corne de bélier qu'on sonne à la synagogue en souvenir du bélier qu'Abraham sacrifia à la place de son fils Isaac fait mémoire des mérites des Pères qui intercèdent aujourd'hui pour leurs enfants.

Le nouvel an est suivi de dix jours de pénitence au cours desquels on demande pardon à tous ceux qu'on a offensés. La réconciliation avec les frères prépare ainsi le don de la miséricorde de Dieu. "Confessez vos péchés les uns aux autres" recommandait Saint Jacques aux premiers chrétiens issus de la Synagogue.

Le dix du mois la fête des Expiations se déroule dans le jeûne, la prière et l'aveu des péchés. Le pardon de Dieu est accordé seulement pour les péchés commis contre Dieu. Les péchés commis contre le prochain ne sont pardonnés que si on se réconcilie avec eux. "Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons" enseigne Jésus.

A l'époque du Temple le grand prêtre entrait dans le Saint des Saints pour en faire l'aspersion avec le sang des taureaux et des boucs. "Notre grand prêtre n'est pas dans la nécessité d'offrir des victimes d'abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux de son peuple. Il l'a fait une fois pour toutes en s'offrant lui-même", affirme l'auteur de la lettre aux Hébreux.

Du quinze au vingt-deux les juifs célèbrent la fête des Tentes sous le signe de la joie. Ils habitent dans des tentes pour faire mémoire du passage au désert après la sortie d'Egypte. Ils prennent en main un bouquet formé d'une branche de palmier, d'un rameau de myrte, d'un rameau de saule et d'un cédrat (etrog). Ces quatre "espèces" symbolisent le peuple: en effet, de même que certaines sont parfumées, des fidèles se distinguent par leurs bonnes oeuvres. De même que d'autres n'ont ni odeur ni beauté, certains pèlerins sont dépourvus de tout mérite. Mais Dieu considère le peuple dans son entier lorsqu'il le juge et le parfum des uns se communique aux autres. Ainsi le peuple expérimente la communion des saints.

Dans le Temple de Jérusalem chaque jour les prêtres descendaient à Siloé pour y puiser de l'eau qu'on versait en libation sur l'autel. Ce rite impliquait une supplication pour la pluie. C'est dans ce contexte que Jésus s'est écrié: "Que celui qui a soif vienne à moi et qu'il boive. De son sein couleront des fleuves d'eau vive". Chaque soir, on allumait quatre chandeliers dans la cour des femmes au Temple. La cérémonie était appelée "joie du puisage de l'eau". L'évangile de Jean situe dans ce contexte la déclaration de Jésus: "Je suis la lumière du monde".

La liturgie des Tentes comportait un autre élément important. Au chant du Hosanna les pèlerins tournaient sept fois autour de l'autel tenant les palmes à la main. Ces cercles concentriques des pèlerins évoquaient l'expérience spirituelle de Dieu qui entoure son peuple et l'étreint: "Sa gauche, sous ma tête et sa droite m'étreint" chantait l'auteur du Cantique des cantiques. C’est aussi la prise de Jéricho, la ville des palmes, qu’évoquent ces cercles autour de l’autel. Jéricho symbolise les puissances du mal qui s’opposent à la prise de possession de la terre promise. Même si le mal est vaincu, il faut actualiser chaque année sa destruction pour évoquer le victoire eschatologique.

Enfin lors de la fête on offrait soixante-dix sacrifices pour toutes les nations du monde. Pour Israël c'était la promesse de l'intimité des nations et de la concorde universelle.

Les premières générations chrétiennes n'hésiteront pas un instant à montrer que la liturgie juive trouve son achèvement dans le Christ. C'est lui qui est roi, juge et grand prêtre. C'est lui qui donne l'eau vive de l'Esprit aux croyants et qui illumine le monde. C'est lui "notre paix" qui réconcilie juifs et païens.


 SBF main, Dialogue

Dialogue


Articles

Symposia

cyber logo footer
Please fill in our Guest book form - Thank you for supporting us!
Created/updated: Saturday, December 8, 2001 by J. Abela ofm / E. Alliata ofm
This page makes use of Javascript and Cascading Style Sheets - Space by courtesy of Christus Rex
logo