franciscan cyberspot
La Liturgie de la vigile des dimanches de carême au Saint Sépulcre

MENU

  *Début
  *Introduction
  *Topographie
  *Carrière
  *Temple
  *Jardin
  *Byzantins
  *Splendeur
  *614-1009
  *Croisés
  *Décadence
  *Chrétiens
  *Turcs
  *Renouveau
  *Restauration
  *Franciscains
  *Portes
  *Vigile
  *Ethérie
  *Liturgie
  *Constantin
SYNTHESIS

  *Italien
  *Français
  *Portugais,
  *Espagnol



Frère Enrique Bermejo Cabrera ofm

Jérusalem est la ville de la Lumière et de la Résurrection. En ressuscitant le Christ est devenu Lumière et vie pour tour. Lumière joyeuse, Lumière infinie. C'est une vérité réelle, pas seulement une idée; c'est une réalité parce que le Seigneur est toujours vivant e fait participer à sa Resurrection particulièrement ceux qui en celebrent le Mémorial au Lieu meme de l'événement et à l'heure la plus significative: quand la nuit est vaincue par la lumière, quand la mort est vaincue par la Résurrection. C'est ce qui arrive en fait à Jérusalem.
Le Sépulcre vide est le signe de l'accomplissement du Mystère Pascal. Déjà les premiers chrétiens allaient en pèlerinage à ce Lieu Saint, mus par "la grâce de la prière", comme disait la pèlerine Ethérie au IVº siècle. La célébration, en forme de Mémorial, telle qu'elle l'a vue, est aujourd'hui réalisée de nouveau par les franciscains. Gardiens des Lieux Saints, conscients d'avoir le devoir de garder vivant le souvenir de l'Evangile dans les Lieux qui leur sont confiés.
Lors des vigiles des Dimanches de Carême ils récitaient les "Matines" traditionnelles. La reforme liturgique de Vatican II rendit nécessaire d'en rénover l'ensemble. Ce fut fait en étudiant les sources liturgiques anciennes de l'église de Jerusalem, en ayant souci de deux principes importants: rester fidèles à la Liturgie Latine et s'adapter aux Lieux où les Mystères du Salut se sont accomplis. Autrement dit combiner les nouvelles normes conciliaires en tenant compte de ce que narrait la pèlerine Ethérie dans son "Itinéraire". Elle notait:

"Ce qui est surtout et vraiment agréable et admirable, c'est que en toutes occasions les hymnes, les antiennes, les lectures et les prières que dit l'évêque manifestent des expressions convenant toujours à la solennité qui est fêtée et au Lieu où l'on célèbre" ("Itinéraire"47/5).

The Franciscans in procession around the Aedicula

Procession des franciscains autours du Tombeau

Dans un autre passage, en parlant de la Liturgie du Dimanche dans la Basilique du Saint Sépulcre, elle rapporte:

"Au premier chant du coq l'évêque descend aussitôt et entre dans la Grotte de l'Anastasis…où resplendis déjà un grand nombre de lumières; dès que la foule est entrée, l'un des prêtres récite un psaume et tous répondent; puis on dit une prière; ensuite un diacre récite un psaume; une prière suit également; un troisième est dit par un membre du clergé; on récite une troisième prière et on fait mémoire de tous…On porte dans la Grotte de l'Anastasis plusieurs encensoirs, afin que toute la Basilique soit remplie de parfum. Alors l'évêque debout derrière les grilles prend l'Evangile, s'avance à la porte de la Résurrection du Seigneur…Puis quand l'évêque se trouve à l'intérieur des grilles, il prend l'Evangile et s'avance à la porte, et l'évêque lui-même lit ( le passage) de la Résurrection du Seigneur.
"Quand il commence à lire, on entend des bruits confus et gémissements de la foule; il y a tant de larmes que même un personne qui aurait le cœur dur serait émue jusqu'à pleurer par tout ce que le Seigneur a souffert pour nous.
"Après la lecture de l'Evangile, l'Evêque sort; il est accompagné par des hymnes jusqu'à la Croix (le Calvaire); toute le peuple le suit. Là de nouveau on dit u psaume et l'on récite une prière. Ensuite l'évêque bénit les fidèles et l'on prend congé" (idem 24/9-11).


\Cette célébration, selon sa description, comporte divers moments; chant de trois psaumes suivis de prières concernant suivis de prières concernant chacun; prière pour tous; encensement du Saint Sépulcre; proclamation de l'Evangile de la Résurrection par l'évêque; Procession au Calvaire; pause avec un psaume et une prière; enfin congé

Ces divers moments ont tous été repris dans la mesure du possible. Lorsque l'on suit le déroulement des Vigiles des Dimanches de carême, on peut dire que les Franciscains de Terre Sainte revivent, avec simplicité nais aussi avec une connaissance joyeuse, ce qu'Ethérie écrivait au sujet de la communauté chrétienne de Jérusalem seize siècles avant nous.

The resurrection in silver

Cadre en argent de la Résurrection

Chaque Samedi soir à 23.30 la communauté franciscaine de Saint Sauveur, avec le Père Custode de Terre sainte à la tête, descend vers la Basilique de la Résurrection, où convergent d'autres communautés religieuses de la Ville sainte et des fidèles. La Vigile se tient dans la Chapelle de l'Apparition de Jésus ressuscité sa Mère; elle commence par la procession des ministres qui apportent le Livre des Evangiles. Ce livre est entouré d'encens et de lumière; Il est intronisé sur l'autel, comme symbole de la présence de Jésus Christ Parole dans la célébration.
Après l'Invitatoire, qui dispose l'assemblée à la conversion, à l'écoute de la Parole et à la Louange, c'est l'hymne qui donne l'ambiance du temps liturgique de Carême. Puis c'est le chant des Psaumes. Après chaque Psaumes et Antienne on maintient un temps de silence qui favorise la dimension contemplative de la Liturgie et on le fait suivre d'une prière. Ces collectes de psaumes sont empruntées à des textes vénérables de la Liturgie d'Espagne (Liber orationum psalmographus; et de la série des collectes "Visita Nos"), dont il est connu qu'elle a été influencée par l'antique Liturgie de L'Eglise-Mère de Jérusalem. Après la psalmodie les lectures sont proclamées et suivies des trois cantiques de l'Ancien Testament selon l'ordonnance de la Liturgie des Heures.

A wooden model of the Holy Sepulchre

Modèle en bois du Saint Sépulcre (XVIII sec.)

C'est à ce moment de la Vigile du Dimanche que se place la partie typique de la Liturgie de Jérusalem, le "Mémorial de la Résurrection", voulu afin que, selon le mot de Ethérie, tout soit "référé" au Jour et au Lieu" (aptus dei et loco). L'assemblée quitte la Chapelle de l'Apparition et se rend en procession, avec des cierges allumés, symbolisant le Christ ressuscité de "Sépulcre glorieux" du Seigneur. Durant cette procession le Père Custode, présidant la célébration, porte l'Evangile et les diacres l'encensent et répandent le parfum de l'encens dans la Basilique.
Durant la procession on chante le conique du Nouveau Testament "Benedictus"; on alterne ses versets avec l'antienne: "Un ange du Seigneur, descendu du ciel, s'approcha, roula la pierre, s'assit sur elle. Alléluia. Alléluia". Ensuite sont encensés le Sépulcre vide e le Livre des Evangiles placé sur lui. Ce rite étant achevé, en retourne à la chapelle pour proclamer l'Evangile de la Résurrection ; car il n'est pas permis de le faire à l'intérieur du Sépulcre. La proclamation de l'Evangile n'est pas faite, comme normalement, par le diacre mais par le Père Custode, pour revivre une donnée précieuse de signification; en effet Ethérie indique que c'est l'évêque qui lit l'Evangile de la Résurrection:
"Quand l'évêque se tient à l'intérieur des grilles, il prend l'Evangile, s'approche de la porte et c'est l'évêque lui-même qui lit (le passage) de la Résurrection du Seigneur. Quand il commence à le lire, on entend des bruits confus et des gémissements der la foule; il y a tant de larmes que même une personne qui aurait le cœur dur serait émue jusqu'à en pleurer pour tout ce que le Seigneur a souffert pour nous.

A procession by the Franciscans presided by the Latin Patriarch of Jerusalem

Procession quotidienne des Franciscains au Saint Sépulcre
présidée par le Patriarche latin de Jérusalem

On fait ensuite la commémoration de tous en acclamant le Seigneur Ressuscité par le "Kyrie eleison". Voici encore ce qu'écrivait Ethérie dans son Journal:
"Après avoir tout récité selon la coutume, l'évêque se lève, se place devant la grille, cést-à dire devant la Grotte, pendant qu'un des diacres rappelle selon la coutume les noms de chacun; quand le diacre dit les noms de chacun, les enfants, qui assistent nombreux, répondent toujours: "Kyrie eleison", ce qui veut dire: "Seigneur, aie pitié de nous"; leurs voix semblent infinies".
La Vigile se conclut par un dernier geste d'hommage et de vénération à l'Evangile qui est encensé puis élevé sur l'assemblée en un signe de bénédiction.
Tout cela met clairement en evidence le caractère Pascal de cette Vigile des Dimanche de Carême. A Jerusalem, dans la Basilique de la Résurrection c'est toujours la Pâque du Seigneur. La Tombe vide l''[atteste; l'Evangile le proclame: Le Seigneur est vraiment ressuscité.
Pendant que la communauté franciscaine quitte la Basilique vers 1 heure du matin, les frères Grecs Orthodoxes commencent leur liturgie eucharistique, accompagnés par une chorale merveilleuse de moniales russes qui rappellent spontanément le "Mirofore"du matin de Pâque. Ils proclament eux aussi l'Evangile de la Résurrection; plus tard les frères Arméniens Orthodoxes le feront aussi.
Dans cette unité de foi, qui dépasse et fait pardonner toute division, les Franciscains de Terre Sainte se sentent non seulement Gardiens de Lieux et monuments, mais humble serviteurs et messagers de Jésus Christ ressuscité des morts et vivant éternellement.

The Franciscan procession on Good Friday

La procession des Franciscains le Vendredi Saint

  

 

Texte préparé par John Abela, ofm, basé sur les articles et les recherches de Virgilio Corbo, ofm, Michel Piccirillo, ofm et Eugenio Alliata, ofm. Adaptation française de Vianney Delalande, ofm. Photographies Hi-Res préparées par Michael Olteanu. Les autres photographies préparées par John Abela, ofm, et Michel Olteanu


Please fill in our Guest book form - Thank you for supporting us!
Created/Updated September, 2005 at 20:31:34 by John Abela ofm, E.Alliata, E.Bermejo, Marina Mordin
Web site uses Javascript and Cascading Style Sheets - Space by courtesy of Christus Rex
logo

cyber logo footer