franciscan cyberspot
La Liturgie de Jérusalem selon Egérie (IV cent.)
(especiallement dans la Semaine Sainte)

MENU
  *Début
  *Introduction
  *Topographie
  *Carrière
  *Temple
  *Jardin
  *Byzantins
  *Splendeur
  *614-1009
  *Croisés
  *Décadence
  *Chrétiens
  *Turcs
  *Renouveau
  *Restauration
  *Franciscains
  *Portes
  *Vigile
  *Ethérie
  *Liturgie
  *Constantin
SYNTHESIS
  *Italien
  *Français
  *Portugais,
  *Espagnol


LA SEMAINE LITURGIQUE

Vigiles

Pour que Votre Charité sache quels offices ont lieu chaque jour dans les lieux saints, j'ai cru devoir vous en instruire, sachant que vous auriez plaisir à connaître ces détails. Tous les jours, avant le chant des coqs, on ouvre toutes les portes de l'Anastasis, et tous descendent, monazontes (moines) et parthenae (vierges), comme on dit ici, et non seulement eux, mais en outre des laïques, hommes et femmes, ceux du moins qui veulent faire cette vigile matinale. Depuis cette heure jusqu'à ce qu'il fasse jour, on dit des hymnes, on répond aux psaumes et on alterne aussi des antiennes; à chaque hymne, on fait une prière. Deux ou trois prêtres, et de même des diacres, viennent chaque jour à leur tour avec les moines, et ce sont eux qui, à chaque hymne et à chaque antienne, disent les prières. Puis, dès qu'il commence à faire jour, alors, on entonne les hymnes matutinales. Et voilà qu'arrive l'évêque avec le clergé; aussitôt il entre dans la grotte et, derrière les cancels, il dit d'abord une prière pour tout le peuple; il rappelle ensuite lui-même les noms de ceux dont il veut faire mémoire; puis il bénit les catéchumènes. Il dit encore une prière et bénit les fidèles. Après quoi, l'évêque sort de derrière les cancels, tous s'approchent pour lui baiser la main; lui, les bénit un à un en sortant et le renvoi a lieu; il fait jour alors.

Sexte et None

A la sixième heure (midi), de nouveau tous descendent de même à l'Anastasis, on dit des psaumes et des antiennes, jusqu'à ce qu'on aille avertir l'évêque; il descend de même et ne s'assied pas; mais aussitôt il entre derrière les cancels, dans l'Anastasis, dans la grotte où déjà il est venu le matin; puis de même il fait d'abord une prière, ensuite bénit les fidèles et quand il sort de derrière les cancels, on s'approche de même pour lui baiser la main. A la neuvième heure (3 h.), on fait la même chose qu'à la sixième.

Lucernaire.

A la dixième heure (4 h.) a lieu ce qu'on appelle ici le licinicon, nous disons, nous, le lucernaire: toute la foule se réunit de même à l'Anastasis, on allume tous les flambeaux et les cierges, ce qui fait une lumière extraordinaire. La lumière n'est pas apportée du dehors, mais elle vient de l'intérieur de la grotte où nuit et jour brille sans cesse une lampe, derrière les cancels; on dit les psaumes lucernaires, et aussi des antiennes, assez longtemps. Voilà qu'alors on va avertir l'évêque, il descend et s'assoit sur un siège élevé et les prêtres aussi s'assoient à leurs places, on dit des hymnes et des antiennes. Et quand on les a dites d'un bout à l'autre comme d'habitude, l'évêque se lève, se tient debout devant les cancels, c'est-à-dire devant la grotte; un des diacres fait mémoire de chacun, comme c'est l'habitude. Chaque fois que le diacre prononce un nom, toujours un grand nombre d'enfants de choeur qui sont là debout répondent Kyrie eleison, comme nous disons, nous : Ayez pitié, Seigneur, et leurs voix font un bruit extraordinaire. Quand le diacre a fini de dire ce qu'il a à dire, l'évêque fait d'abord une prière; il prie pour tous et tous prient en même temps, aussi bien fidèles que catéchumènes. De nouveau, le diacre élève la voix, demandant que tous les catéchumènes qui se trouvent là baissent la tête; et l'évêque debout prononce la bénédiction sur les catéchumènes. On fait encore une prière; de nouveau le diacre élève la voix et demande que chacun des fidèles qui se trouve là baisse la tête; l'évêque bénit encore les fidèles; alors le renvoi a lieu de l'Anastasis. On commence à s'approcher de l'évêque pour lui baiser la main, un à un. Après quoi, on conduit l'évêque de l'Anastasis à la Croix au chant des hymnes et tout le peuple y va aussi avec lui. Une fois arrivé là, il fait d'abord une prière puis bénit les catéchumènes, puis fait une autre prière, puis bénit les fidèles. Et après cela, aussi bien l'évêque que toute la foule va derrière la Croix, et là on fait encore la même chose que devant la Croix. On s'approche de même pour baiser la main de l'évêque, comme à l'Anastasis, et devant la Croix et derrière la Croix. Des lanternes de verre énormes sont suspendues partout en grand nombre et il y a un grand nombre de falots de cire, aussi bien devant l'Anastasis que devant la Croix et aussi derrière la Croix; tout cela prend fin avec la tombée de la nuit. Ces offices ont lieu tous les jours, pendant les six jours de la semaine, à la Croix et à l'Anastasis.



 

© Text prepared by John Abela ofm based on articles and research by Virgilio Corbo ofm, Michele Piccirillo ofm and Eugenio Alliata ofm
Hi-Res pictures prepared by Michael Olteanu - Other pictures prepared by John Abela ofm and Michael Olteanu
B&W pictures courtesy of SBF-Jerusalem Archives - A joint project betweeen the Franciscans and Christusrex

Please fill in our Guest book form - Thank you for supporting us!
Created / Updated Wednesday, December 26, 2001 at 20:31:19 by John Abela ofm
Web site uses Javascript and Cascading Style Sheets - Space by courtesy of Christus Rex

logo

cyber logo footer